Retranscription

Christophe Bonnery : Quelle est votre vision du secteur énergétique à long terme?

Patrick Romeo : La vision du secteur énergétique c’est que la demande mondiale va probablement doubler d’ici 2050 en grande partie grâce à l’évolution démographique. On passe de 7 à 9 milliards de personnes avec globalement un niveau de vie plus élevé. Donc il est certain que la demande et la production devront augmenter de façon significative. En 40 ans, il faudra faire l’équivalent de ce qu’on a fait depuis le 19ème siècle.

Christophe Bonnery : Enedis de son côté élabore des scénarios également et ils sont plutôt limités parce que nous focalisons bien sur l’électricité et un horizon à plus court terme. Nous avons une approche un peu spécifique qui est plutôt que d’avoir des scénarios descendants, nous avons une approche plutôt bottom-up. On a renversé la table et on se focalise sur le consommateur. On espère qu’avec les grands changements mis en place par la transition énergétique en France, puisque c’est notre périmètre, on observera des changements de comportements des différents acteurs. Et c’est ce que nous essayons de matérialiser dans nos scénarios.

Patrick Romeo : Bien entendu les visions de Shell sont des visions mondiales, globales. Si je faisais un zoom plus spécifique sur la France, on ne parlerait pas de doublement de la consommation sur cette période évidemment. Mais l’intérêt de Shell c’est que nous sommes une entreprise globale et donc nous avons cette vision un peu planétaire.

Christophe Bonnery : Il y a aussi un point sur lequel nous avons beaucoup de similitude c’est dans le fait que nous ayons des visions contrastées du futur. Nous ne croyons pas à une vision unique. Qu’en pensez-vous? Quelle est votre démarche dans la détermination des scénarios.

Patrick Romeo : La démarche des scénarios Shell c’est jamais de faire des prévisions puis qu’une prévision par définition dépend des hypothèses que l’on prend et qui souvent s’avèrent fausses. Je ne pense pas que le Brexit par exemple est une donnée qui ait pu être inclue dans des prévisions. Par contre, lorsqu’on fait des scénarios, on imagine deux mondes possibles qui sont cohérents mais différents. Et on sait que la réalité sera quelque part entre les deux si les deux mondes imaginés sont très différents.