Retranscription

Nice grid a été parmi les premiers prototypes de smart grids lancés en France. L’idée était de tester des configurations, non seulement pour tester des solutions technologiques mais aussi pour préparer l’état, les collectivités à mieux appréhender les besoins en terme d’encadrement. Tout déploiement de réseau pose la question de l’aménagement du territoire et la péréquation de l’équipement, cela a été le cas pour le déploiement de l’électricité par exemple. La même question se pose sur le numérique. Exemple avec le déploiement de la fibre en zone rurale ou urbaine.

Le déploiement des smart grids pose les mêmes questions d’aménagement du territoire. Est-ce qu’on veut que le territoire puisse progresser dans son ensemble. Est-ce qu’on veut recréer des territoires d’excellence en les équipant de manière exceptionnelle alors qu’ils ne sont pas forcément les plus denses et en leur donnant ainsi une nouvelle attractivité ? Elle explique que le sujet des smart grids est très technique mais aussi très politique. Il mériterait d’être traité à un niveau plus politique. En France, il y assez peu de politiques qui s’intéressent aux sujets techniques comme les smart grids. Aujourd’hui, pour un euro investi dans les énergies renouvelables, il y a 4 euros investis dans les énergies fossiles ; cette proportion doit être inversée pour atteindre les objectifs de la convention climat. « Les smart grids sont supports de la transition énergétique ».

PARTAGER
Article précédentUne consommation énergétique maîtrisée grâce au compteur Linky
Article suivant« Smart city et révolution numérique »
Nathalie Kosciusko-Morizet est députée de la quatrième circonscription de l'Essonne depuis 2002. En 2007, elle devient secré­taire d’État char­gée de l’éco­lo­gie aux côtés de Jean-Louis Borloo. En 2010, après un détour par le secré­ta­riat d’État chargé de la pros­pec­tive et du déve­lop­pe­ment de l’éco­no­mie numé­rique, elle occupe la fonc­tion de ministre de l’Éco­lo­gie, du Déve­lop­pe­ment durable, des Transports et du Loge­ment, jusqu'en 2012. Elle est vice-présidente Les Républicains de 2014 à 2015. Elle s'éloigne de la vie politique en octobre 2017 et devient enseignante à l'Ecole Polytechnique.