Dans une note de synthèse, France Stratégie analyse le rôle des collectivités et des territoires dans la transition énergétique en s’appuyant sur trois études de cas (Grand Genève, Pays de Brest et région d’Albi). Et conclut que les collectivités territoriales gagneraient à mutualiser leurs actions.

France Stratégie rappelle que les collectivités ont une responsabilité directe sur 15% des émissions de gaz à effet de serre (gestion des déchets, transport, bâtiment, éclairage public, etc.). « Quatre mesures sur cinq de la Stratégie nationale bas carbone ne se concrétiseront pas sans leur intervention », détaille le cabinet d’analyse.

France Stratégie précise que « les collectivités étudiées se sont saisies d’une ou plusieurs dimensions de la transition écologique pour en faire un “projet de territoire” ». Et souligne que les projets de ces collectivités pourraient être renforcés pour contribuer plus largement à la transition énergétique.

Améliorer les traitement des données territoriales et la planification écologique

Les efforts pourraient d’abord porter d’une part sur le traitement des datas : « Il semble essentiel de fiabiliser et de rendre plus robustes les données territoriales produites. Il s’agit d’objectiver et de rendre visibles les progrès à réaliser, et de suivre leur concrétisation », avance France Stratégie.

Autre axe de progrès : clarifier et simplifier la planification, et mieux y engager les habitants du territoire. « Une plus grande clarté sur les attributions des différentes collectivités et sur leur articulation contribuerait à la lisibilité et partant à la légitimité de leur action. En outre, l’association des parties prenantes et des citoyens eux-mêmes aux réflexions paraît désormais indispensable », recommande la note de synthèse.

Enfin, les collectivités auraient selon France Stratégie tout à gagner à miser sur la solidarité et la mutualisation de leurs actions. « Les politiques sectorielles — mobilité, urbanisme, agriculture, etc. — sont censées être mises en conformité avec ce projet transversal. La concrétisation de telles initiatives se joue alors dans l’intégration des stratégies entre intercommunalités et dans la coordination à ce niveau des outils susceptibles de les mettre en œuvre », fait valoir l’Institution.