En Allemagne, le gestionnaire du réseau électrique TenneT et The Mobility House développent une solution de Vehicle-to-Grid (V2G), utilisant des batteries de Nissan Leaf. Cette expérimentation permet notamment de stocker l’énergie éolienne produite en surplus pour la réinjecter sur le réseau en cas de besoin.

En 2017 et 2018, au moins 5 TWh de surplus de production d’électricité éolienne ont été perdus en Allemagne. TenneT et l’entreprise The Mobility House expérimentent l’utilisation de la charge bidirectionnelle pour faire des voitures électriques des espaces de stockage au service du réseau électrique.

En Allemagne, la Nissan Leaf est en effet “homologuée en tant que borne d’alimentation conformément aux recommandations des gestionnaires de réseau de transport d’électricité allemands”.

Une « flexibilité offerte par les chargeurs bidirectionnels de la Nissan LEAF »

La Leaf permet ainsi “d’extraire de l’énergie du réseau, la stocker dans sa batterie et, si besoin, la réinjecter dans le réseau”. Durant les phases de restitution, les “besoins de recharge et de déplacement” des propriétaires sont pris en compte.

« Cette flexibilité offerte par les chargeurs bidirectionnels de la Nissan LEAF nous offre des réponses pour faire face à l’augmentation de la demande en électricité”, affirme Tim Meyerjürgens, le directeur général de TenneT.

Ce projet s’inscrit dans le cadre de la mise en place de démonstrateurs à échelle réelle de solutions V2G en Europe, qui a démarré en 2015 par un partenariat entre Nissan et Enel. Renault a notamment lancé en 2019 ses propres expérimentations avec sa Zoe et son chargeur inversible propriétaire embarqué dans la voiture.