A l’occasion des Assises Européennes de la Transition Energétique, qui se sont tenues à Bordeaux les 28, 29 et 30 janvier 2020, l’Ademe a présenté une mise à jour de son étude sur le « Coût des énergies renouvelables (EnR) en France ». Confirmant que les EnR sont toujours plus compétitives, notamment les centrales éoliennes et photovoltaïques.

L’Ademe expose ainsi que, pour les installations mises en service entre 2018 et 2020, les coûts de production de l’éolien terrestre sont compris entre 50 et 71 €/MWh, et ceux des centrales photovoltaïques au sol entre 45 et 81 €/MWh. L’éolien en mer posé promet également d’être hautement compétitif : le parc de Dunkerque a été attribué en 2019 pour un tarif d’achat de 44 €/MWh.

A titre de comparaison, les coûts de production d’une nouvelle centrale à gaz à cycle combiné sont compris entre 50 et 66 €/MWh. « Dans ce contexte, les soutiens publics au MWh se réduisent significativement, mais leur rôle assurantiel reste important pour permettre l’accès à des financements à bas coût », commente l’Ademe.

« Les EnR représentent aujourd’hui une opportunité économique, énergétique et écologique pour les territoires », selon l’Ademe

L’étude souligne également la compétitivité des solutions bois énergie pour produire de la chaleur renouvelable chez les particuliers : entre 62 et 129 €/MWh contre une fourchette de 129 à161 €/MWh pour le fioul et de 99 à 115 €/MWh pour le gaz.

L’Ademe estime néanmoins le maintien des aides publiques indispensable pour encourager le développement des solutions d’énergies renouvelables chez les particuliers. Le coût d’investissement initial particulièrement élevé constituant une barrière à l’entrée qui freine l’adoption de ces solutions par ailleurs compétitives, au premier rang desquels le bois énergie et la géothermie.