Le mercredi 15 janvier 2020, le Parlement européen a adopté le texte du Green Deal proposé par la Commission européenne, feuille de route énergétique devant mener l’Union européenne à la neutralité carbone en 2050. Les eurodéputés ont toutefois demandé à la Commission des objectifs 2030 plus ambitieux, et des mesures plus précises, notamment sur le marché du carbone.

Ce Green Deal, présenté en 2019 par la nouvelle Commission Von der Leyen, a donc été adopté par une large majorité (482 voix pour, 136 contre et 95 abstentions). Le Parlement Européen a salué la volonté de la Commission d’atteindre la neutralité carbone en 2050, en incluant toutes les zones géographiques de l’Union européenne et en luttant contre les inégalités. Les eurodéputés ont notamment approuvé le principe d’un plan de soutien aux régions dépendantes des énergies fossiles.

Pour le Parlement européen, la taxe carbone aux frontières est une urgence

En revanche, le Parlement a demandé à la Commission d’être plus ambitieuse et de se doter d’outils plus efficaces. Les eurodéputés ont répété leur volonté de fixer à 55% l’objectif de baisse des émissions de gaz à effet de serre à horizon 2030, contre 50% pour la Commission.

Le Parlement a également insisté pour une révision du marché du carbone, et notamment une prompte mise en place de la taxe carbone aux frontières : « Cette barrière écologique est indispensable à la protection des consommateurs, agriculteurs et industriels européens qui ne doivent pas payer à eux seuls les conséquences d’un phénomène mondial », ont détaillé Agnès Evren et Nathalie Colin-Oesterlé (Les Républicains – PPE) dans un communiqué.