A Isola 2000 (Alpes-Maritimes), le projet “Flex Mountain” permet à Enedis d’industrialiser ses solutions de flexibilité électrique. Le gestionnaire du réseau de distribution a ainsi signé deux contrats avec des acteurs locaux, qui seront invités à effacer leur consommation contre rémunération pendant les pics d’activités.

En France, les stations de ski sont souvent situées en “bout de réseau”, et donc plus vulnérables aux incidents et aux pics de consommation, ce qui en fait un terrain privilégié pour déployer les solutions smart grids de flexibilité.

Ces flexibilités doivent permettre d’assurer la stabilité du réseau : l’objectif d’Enedis est de contractualiser l’effacement de gros consommateurs d’énergie. A Isola 2000, les deux partenaires de Flex Mountain sont la Société d’Economie Mixte des Cimes du Mercantour, qui gère la production de neige, la station de pompage et les canons à neige, et d’EAS Industrie, qui exploite les chauffages collectifs d’une grande partie de la station.

A Isola 2000, avec la flexibilité, Enedis transforme une contrainte technique en “innovation”

Après avoir testé la flexibilité dans plusieurs démonstrateurs en France, notamment dans le cadre de Nice Smart Valley, Enedis la déploie donc à échelle industrielle. “La flexibilité nous permet de passer le pic de contrainte“, expose Carole Ory, directrice territoriale d’Enedis Alpes-Maritime. “Nous avons fait d’une contrainte technique, une innovation“, poursuit-elle.

A terme, véhicules électriques et bornes de recharges pourront jouer un rôle dans cette flexibilité locale. Cette expérience servira aussi de test grandeur nature et de vitrine à Enedis, au niveau national et international : “Notre ambition est de faire émerger la flexibilité. Nous ne concurrençons pas les acteurs du marché. Et ce que nous vendons, ce n’est pas du rêve, c’est de la réalité“, conclut Carole Ory.