Ce 26 janvier 2021, Think Smart Grids et SMILE ont animé deux tables rondes sur les technologies permettant de mieux intégrer les énergies renouvelables (EnR) intermittentes au réseau électrique.

En termes d’EnR, la France dispose en 2020 de 55 314 MW de puissance installée (en croissance de 20% en 5 ans), avec 95% des installations connectées au réseau de distribution et 123 TWh produits par an.

RTE a récemment présenté une étude sur la faisabilité d’un mix 100% renouvelable pour la France à horizon 2050. Pour atteindre de tels mix à coût maîtrisé, les solutions intelligentes sont indispensables pour répondre à la multiplication de ces capacités de production distribuées et variables.

EDF et Enedis développent ainsi un mix intégralement renouvelable sur l’île de Sein, grâce à un pilotage de la production et de la consommation d’électricité, via les compteurs Linky.

Une table ronde sur l’autoconsommation collective, une autre sur les données et l’IA

La première table ronde revenait sur les projets d’autoconsommation collective menée par la filières françaises. Un projet de “smart island” vise ainsi l’autoconsommation sur l’archipel des Glénans via un système combinant solaire, éolien, batteries et compresseur d’air. La PME Enerfox travaille à optimiser le stockage par batterie. Le projet Harmon’Yeu développe l’autoconsommation collective sur l’île d’Yeu en Bretagne.

La seconde table ronde avait pour sujet l’impact du traitement des données et de l’intelligence artificielle (IA) sur le pilotage de la production et de la consommation en temps réel. L’IA offre aussi la possibilité de développer des modèles prédictifs et des outils d’aide à la décision. Ces technologies permettent enfin d’optimiser les flexibilités, en envoyant automatiquement des signaux d’effacement ou en augmentant l’interopérabilité entre les systèmes électriques.