Avec la loi sur la transition énergétique pour la croissance verte adoptée le 22 juillet à l’Assemblée nationale, le mix énergétique français va se verdir afin d’atteindre des objectifs tels que la réduction de la part du nucléaire de 75 à 50 % dans la production électrique à l’horizon 2025 et la réduction des émissions de gaz à effet de serre de 40 % en 2030 par rapport à 1990. Dans ce contexte, le stockage de l’énergie tient un rôle clé avec l’évolution des usages notamment l’arrivée des véhicules électriques et la production décentralisées des énergies renouvelables.

Le projet Venteea pour le stockage de l’énergie éolienne

En 2012, huit acteurs réunis par leurs objectifs communs et la complémentarité de leurs compétences ont porté un projet de stockage de l’énergie nommé Venteea qui a été présenté et retenu dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt du programme « Réseaux Électriques Intelligents » lancé par l’État et l’ADEME en 2011. En 2015, le premier démonstrateur du projet Venteea voit le jour dans l’Aube où la plus grande batterie de France sera reliée à deux parcs éoliens au Sud de Troyes. ERDF, Schneider Electric et Saft constituent le consortium à la tête de l’installation de cette batterie qui, en plus d’être la plus importante de France, est « intelligente ». Elle présente des fonctionnalités « smart » car elle a la capacité de s’adapter aux pics croissants ou décroissants de l’approvisionnement grâce à un système de pilotage énergétique qui communique avec le réseau électrique, un pas de plus vers la transformation du réseau électrique actuel en un réseau électrique intelligent, un « smart grid ».

Le projet VOSS pour le stockage de l’énergie solaire

Baptisé VOSS pour « Volant de stockage solaire », ce projet est un système qui permet de stocker l’énergie solaire. Il est développé par l’entreprise Energiestro à Châteaudun dans l’Eure-et-Loir. VOSS présente une technique innovante qui lui vaut sa qualification de batterie « perpétuelle ». Elle est capable de fonctionner dix heures d’affilée, lui permettant ainsi de stocker pendant la journée l’énergie qui pourra être utilisée la nuit. Le projet a reçu le prix EDF Pulse 2015 et a ainsi bénéficié de 100 000 euros d’apports financiers en plus des 100 000 euros apportés par la région Centre-Val de Loire pour poursuivre son développement et sa commercialisation, en 2017 ou 2018. Une solution « Made in France » qui conviendrait aux ambitions de la France pour le développement du solaire.

Concept Grid allie stockage de l’énergie et smart grid

Saft s’est joint à Alstom pour la mise en place d’une solution de stockage d’énergie par batterie (BESS) sur la plateforme expérimentale de smart grids d’EDF Concept Grid située en Seine-et-Marne et inaugurée en 2013. Cette solution de stockage d’énergie inclut également un système de gestion d’énergie intelligente développée par Alstom, MaxSine TM eStorage, qui gère le flux d’électricité en fonction des besoins du réseau ou la stocke dans la batterie fournie par Saft. Cette solution innovante de stockage d’énergie répond aux obstacles posés par la variabilité de la production d’énergies renouvelables. L’objectif de cette expérimentation de stockage est de donner plus de flexibilité au réseau électrique qui pourra équilibrer la production et la distribution de l’électricité.

Par ailleurs, à l’approche de la COP21, le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a voté son avis « le stockage de l’énergie électrique, une dimension incontournable de la transition énergétique » qui précise les filières technologiques majeures dont les STEP, l’hydrogène et les batteries. Le CESE se montre confiant sur l’avenir des innovations naissantes dans le secteur et estime que si la France souhaite en relever les défis, les pouvoirs publics et les industriels doivent s’accorder afin d’appréhender les bénéfices communs du stockage de l’énergie électrique.