A l’occasion de l’édition 2019 du colloque Mobily-Cité, Réseau Durable a rencontré Schéhérazade Zekri, directrice des nouvelles mobilités pour le groupe Keolis, opérateur français de transports en commun. Elle évoque avec nous la question du véhicule autonome.

Keolis a déployé une trentaine de projets de véhicules autonomes. Schéhérazade Zekri nous explique que ces expérimentations portent en particulier sur la logique du premier et du dernier kilomètre, en connexion avec le réseau de transport existant.

Le transport autonome pourrait également permettre de proposer une offre de mobilité aux territoires ruraux peu denses et non desservis par des solutions de mobilité. Des enjeux de plus moyen terme, car la technologie n’est actuellement pas assez mature selon Schéhérazade Zekri.

Comment le réseau électrique se met-il au service de l’émergence du véhicule autonome ? En contribuant à une meilleure gestion de l’énergie. Il s’agit d’enjeux d’énergies propres pour soutenir le développement de ces nouvelles mobilités, ce qui est déjà engagé avec le véhicule électrique.