Pour atteindre la neutralité carbone en 2050, la France doit faire évoluer son mix énergétique. Même s’ils sont peu présents dans le débat public, les réseaux, et notamment électriques, sont un élément essentiel de la transition énergétique.  L’éclairage de Quentin Perret, chargé de mission au sein du ministère de la Transition écologique et solidaire. 

Pour accompagner la transition énergétique, l’architecture du réseau électrique devra évoluer : la France doit passer d’un “réseau très centralisé, avec des grosses unités de production, qui distribuent sur tout le territoire” à un réseau capable d’accueillir des sources d’énergies renouvelables intermittentes. Pour répondre à ce défi, de nouvelles infrastructures de réseau devront être construites.

Mettre “la priorité à la réduction des émissions” : jusqu’ici, au niveau européen, les financements par le marché étaient privilégiés. Ce qui conduisait, selon Quentin Perret, à privilégier des projets rentables. A contrario, la nouvelle stratégie énergétique conduire, , “à privilégier des technologies ou des méthodes, qui ne sont pas forcément immédiatement rentables, mais qui doivent être promues pour l’avenir”. De quoi relancer la question du financement publics des réseaux.

Voir les autres vidéos de l’interview de Quentin Perret et les autres vidéos consacrées aux Assises Européennes de la Transition Energétique