Le concept smart city vise à réorganiser l’espace urbain en s’appuyant sur les technologies connectées afin de faciliter la vie aux citoyens et de permettre aux collectivités, villes et régions de gérer leur territoire. Le concept repose sur le changement de la politique énergétique et sur des technologies pointues dont les smart grids, les outils pour la gestion des données, l’intégration des énergies renouvelables et l’avènement de l’internet des objets (IoT). Déjà dotée de sa « French Tech », la France se rapproche également des pays qui sont à la pointe des dernières technologies pour nouer des partenariats stratégiques.

La France veut s’inspirer du modèle israélien de la smart city

Selon David Harari, coprésident du Haut Conseil pour la promotion des partenariats franco-israéliens, « les villes intelligentes utilisent les hautes technologies pour rendre la ville plus agréable et plus sûre pour le citoyen ». En mai, il a coorganisé la première conférence « Safe & Smart Cities » avec l’association ELNET France et le Forum International des Technologies de Sécurité (FITS) dans la ville de Tel Aviv. Cette dernière a d’ailleurs été désignée « World’s Smartest City » à l’occasion de la Smartcity Expo 2014. Les autorités françaises et israéliennes sont liées par de nombreuses collaborations sur les smart cities avec l’objectif de créer des synergies.

Ainsi, la ville de Bordeaux et la ville d’Ashdod en Israël ont décidé de nouer un partenariat pour le développement de capteurs sensoriels (sensors) pour parfaire le fonctionnement des feux de circulation et pour le déploiement de capteurs de pollution.

Une des nombreuses startups de l’État hébreu, aussi surnommé la « Startup Nation », est Sologic, qui a développé l’e-Tree, un arbre alimenté par l’énergie solaire et capable de fournir de l’énergie verte pour recharger des smartphones et une connexion wi-fi. La startup souhaite déployer l’e-Tree en France et en Chine notamment. Anne Hidalgo, la Maire de Paris a assisté à la Conférence « Safe & Smart Cities » en mai et a exprimé son admiration pour le modèle de smart city que représente Tel Aviv. Par ailleurs, Axelle Lemaire, la secrétaire d’État chargée du numérique est en visite officielle au DLD Innovation Festival en septembre à Tel Aviv tout comme Emmanuel Macron, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du numérique qui était présent à cet événement les 8 et 9 septembre.

Ce dernier multiplie d’ailleurs les voyages ministériels sur le secteur du numérique après la foire internationale de l’électronique CES à Las Vegas en janvier et la French Touch Conference à New York fin juin.

La France, la Chine, l’Azerbaijan & la Turquie, l’Allemagne, les États Unis et le Japon pour la smart city

Dans son discours prononcé en clôture du sommet économique sino-français le 2 juillet à Toulouse, le Premier ministre chinois, Li Keqiang, a souligné que la Chine va coopérer avec la France sur divers sujets dont le changement climatique et les villes intelligentes. Le « Business Forum France-Azerbaïdjan-Turquie », qui a eu lieu le 6 juillet, a été l’occasion pour les participants d’échanger sur la « ville durable », thème phare de cette rencontre. Dans une déclaration conjointe des académies française et allemande des sciences et des technologies en vue de la COP21, différents points majeurs pour une transition énergétique commune ont été soulignés, parmi lesquels l’efficacité énergétique, l’infrastructure des réseaux, les réseaux intelligents, les énergies renouvelables, le stockage de l’énergie et la mobilité.

Pour revenir sur le continent asiatique, l’ambassade de France au Japon et le Science Council of Japan organisent en partenariat avec la Ville de Paris et le Tokyo Metropolitan Government, deux jours de synopsium scientifique et technologique qui réuniront les acteurs français et Japonaises sur le thème des smart cities en septembre à Tokyo. L’îlot Hikari dans le quartier Lyon Confluence implique aussi une collaboration franco-japonaise chapeautée par l’entreprise Toshiba. La Ville de Paris collabore par ailleurs avec San Francisco par un partenariat entre l’Inria et le CITRIS sur le thème de la smart city et s’intéresse notamment à la pollution sonore.

A l’approche de la COP21, les pays se mobilisent pour créer les villes de demain, l’avenir d’une « smart world » connectée au delà des frontières.