En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK ou Refuser

« Plus de transparence sur les consommations d’énergie dans le respect de la vie privée »

Interview d’Emmanuelle Cosse, Ministre du Logement et de l’Habitat durable

Smart Grids Publié le

© Emmanuelle Cosse - Reseau Durable

Retranscription

Ce qui est certain c’est qu’en matière de sobriété énergétique et donc d’efficacité énergétique, il y a évidemment tout ce qu’on peut amener comme amélioration de l’enveloppe mais il y’a aussi l’usage.

Là dessus, il faut dire les choses très clairement, c’est que déjà toutes celles et ceux qui aujourd’hui font des bâtiments que ce soit pour le logement ou pour les bureaux envisagent très peu la manière dont on enseigne aux uns et aux autres le fait de vivre dans des bâtiments qui sont plus sobres en énergie.

Donc ça s’apprend aussi et ça doit se transmettre, c’est la première chose. Ensuite, il y a tout ce que les nouvelles technologies peuvent nous donner. Vous avez parlé notamment des compteurs communicants qui donnent de véritables informations sur votre consommation et on le voit aussi sur la question des économies en termes d’eau.

On n’est pas seulement sur la question de l’énergie quand vous donnez à un ménage ces informations sur combien vous consommez quand vous prenez un bain, quand vous faites votre machine avec tel programme, quand vous faites votre vaisselle de telle manière…

Combien vous consommez ? Combien cela vous coûte, ou cela coûte à la collectivité ?

Vous avez aussi des changements de comportements, donc là dessus moi je suis très favorable à ce que l’on donne aux particuliers tous les moyens qui leur permettent d’être maîtres de cette information et notamment les compteurs communicants.

Et surtout, moi je ne crois pas que c’est en laissant les gens dans l’absence d’information qu’on va leur permettre d’évoluer. C’est pour ça que je suis plutôt pour une plus grande transparence tout en donnant des garde-fous. Très clairement la protection de la vie privée. Qu’on ne tire pas des enseignements du mode de vie des personnes en fonction de leur consommation d’électricité par ailleurs. Donc il faut répondre à ces besoins démocratiques de protection tout en donnant la transparence des informations.

Emmanuelle Cosse, Ministre du Logement et de l’Habitat durable