En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK ou Refuser

Il est temps que l’Europe se dote d’un prix du carbone

Interview de M. Edmond Alphandéry, Ministre de l’Économie (1993-1995), Administrateur du think tank Les Amis de l’Europe, Ancien Président du Centre for European Policy Studies

Gouvernance & société Publié le

© Edmond Alphandery - Reseau Durable

Retranscription

Si vous donnez un prix significatif au prix du carbone, aujourd’hui il y a un marché de permis d’émission mais qui ne fonctionne pas puisque le prix du carbone est extrêmement faible. Dans l’Union européenne il est de l’ordre de 6 ou 7 euros par tonne, il était, avant la grande récession, avant 2008, à plus de 30 euros. Et aujourd’hui, le prix du carbone n’est pas du tout dissuasif.

Si vous mettrez le prix du carbone à un niveau suffisamment élevé, et surtout avec une progression et un plancher qui monte tous les ans, cela a une formidable incitation pour notamment les entreprises productrices de l’électricité, de produire de l’électricité sans carbone, puisque le carbone devient un coût.

Cela rend la production de l’électricité par les énergies renouvelables rentable, non plus à travers les subventions qui leur sont accordées, qui nous coûtent très cher à nous tous, mais tout simplement parce qu’il y a un prix du carbone significatif.

Alors, ce qu’il faut savoir, c’est que la Commission européenne a mis en place un dispositif qu’on appelle le mécanisme de réserve de stabilité qui lui donnera la possibilité, à partir de 2019, de contrôler correctement ce marché de permis d’émission en diminuant les permis qui sont disponibles, en rachetant les permis qui sont disponibles, de façon à rétablir un prix suffisant du carbone.

C’est absolument indispensable parce que si vous améliorez les infrastructures, c’est très important, vous augmentez la concurrence. Mais les prix sont déjà extrêmement faibles à la production, donc ce qui est important aujourd’hui, c’est de créer, comme le disent les anglo-saxons, un « level playing field », c’est à dire un marché dans lequel toutes les formes de production d’électricité sont à égalité de compétition, et ça peut être obtenu par le prix du carbone et naturellement, dans la lutte contre le réchauffement climatique, c’est un outil extraordinairement puissant.

Donc on constate que beaucoup de pays, à commencer par la Chine qui s’y est mise, beaucoup de pays, même en Amérique du Nord, en Angleterre, dans les pays nordiques, de plus en plus de pays le mettent en oeuvre. Et donc il est temps que l’Europe se dote de cet instrument.

Edmond Alphandéry, Ministre de l’Économie (1993-1995), Administrateur du think tank Les Amis de l’Europe, Ancien Président du Centre for European Policy Studies