Retranscription

Par rapport à la question des smart grids, il y a deux révolutions, celle de la rationalisation des utilisations par exemple avec ce que fait le compteur Linky qui va être capable de renvoyer, au fournisseur et au gestionnaire de réseau mais aussi à l’utilisateur, de l’information en temps réel sur ce qu’il consomme pour être capable d’améliorer ses usages énergétiques. Il y a tous ces smart grids qui servent à améliorer le réseau et à le rationaliser. Demain, quand on aura multiplier les capacités de stockage, le smart grids va aussi servir à révolutionner la consommation énergétique des français. Il va y avoir autant de zones de consommation que de zones de production quasiment.

Le smart grids a un rôle essentiel à jouer puisque être capable de mettre en face la consommation et la production intelligemment est important. Il va falloir être capable de savoir quand on a besoin de consommer, à quel moment et comment on stocke pour être capable de répondre de manière adéquate à une demande qui va être très précise, qu’on va anticiper mais qu’on va connaître en temps réel aussi. Aujourd’hui, il y a de gros enjeux et notamment pour les gestionnaires de réseau ERDF et RTE mais surtout ERDF qui gère les moyennes et basses tensions par rapport à la décentralisation de la production de l’énergie où il va falloir s’adapter à ne plus délivrer de l’énergie top-down mais aussi de gérer de l’électricité qui vient du consommateur final.

Dans la question de la voiture électrique, ça se pose complètement puisqu’on va avoir des consommateurs qui vont se brancher et réutiliser leur électricité. Ce sont toutes les questions d’autoconsommation et d’autoproduction qui se posent pour le réseau. Il va falloir s’adapter à ça et le smart grids est un moyen de s’y adapter.