En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK ou Refuser

Pour les économistes, les smart grids et les compteurs communicants sont indispensables à la transition énergétique

Interview de Christophe Bonnery, Président de l’Association des Économistes de l’Énergie

Smart Grids Publié le

© Christophe Bonnery - Reseau Durable

Retranscription

On parle de transition énergétique, on parle de réseaux intelligents. Les réseaux sont intelligents depuis l’origine. Mais simplement on est entrain de prendre conscience du rôle qu’ils peuvent tenir dans la transition énergétique.

C’est pour ça que les économistes dans le passé qui avaient focalisé sur l’optimisation des mix de production en essayant de voir quelle était la technologie la plus performante, la plus économique, la plus disponible ont progressivement fait évoluer leur travaux vers le monde de la consommation, de faire en sorte que les consommateurs optimisent leur consommation.

On a parlé d’efficacité énergétique, c’est naît en gros à partir du deuxième choc pétrolier. Tout ce qu’il y avait entre cet optimum de consommation et cet optimum de production était considéré comme une variable d’ajustement et cette variable d’ajustement c’est les réseaux.

Et depuis quelques temps, on se rend compte que cette dimension est fondamentale. Aujourd’hui on essaie d’amener ce qu’on appelle l’intelligence des réseaux et c’est là dessus que portent les travaux des économistes.

J’aime beaucoup le principe qui consiste à présenter le système électrique comme une espèce de pyramide avec tout en haut les moyens de production centralisés qui vont effectivement irriguer les consommateurs qui sont en bas de cette pyramide qui sont en France 35 millions de foyers connectés au réseau de distribution.

Cette pyramide a tendance à disperser l’électricité du haut vers le bas. La transition énergétique, c’est la pyramide inversée; vous mettez les consommateurs en haut et ce sont les consommateurs qui deviennent ce qu’on appelle maintenant les “prosumers”, des consommateurs actifs, des consommateurs intelligents à condition qu’ils aient accès à l’information et qu’ils aient le moyen de modifier leur propre comportement.

On accueille avec grand plaisir toutes les nouvelles technologies qui facilitent cette harmonie entre offre et production en particulier les compteurs intelligents, c’est un vecteur extrêmement prometteur dans cette bonne adéquation.

Christophe Bonnery, Président de l’Association des Économistes de l’Énergie