Le 31 mai a été inauguré officiellement le premier projet de smart grid parisien d’envergure, dans le secteur ouest du futur éco-quartier de Clichy-Batignolles, dans le 17ème arrondissement. L’objectif est de pouvoir suivre en temps réel les données de production et de consommation électriques des 12 programmes immobiliers de ce quartier.

Mercredi 31 mai, Jean-Louis Missika, adjoint au maire de Paris chargé de l’urbanisme, a lancé officiellement le projet CoRDEES (Co-Responsibility in District Energy Efficiency & Sustainability).

Premier smart grid parisien d’ampleur, CoRDEES fait partie des lauréats de l’appel à projets « Actions Innovatrices Urbaines » (AIU) du FEDER (Fonds Européen de Développement Economique et Régional), lui offrant un co-financement européen à hauteur de 4,3 millions d’euros, sur un budget total de 5,4 millions d’euros.

La mise en œuvre de ce projet réunira la Ville de Paris, Paris Batignolles Aménagement, Embix, un bureau d’étude spécialisé dans le domaine des smart grids, Une Autre Ville, une PME spécialisée dans l’aménagement durable et Armines/Paris Tech, un laboratoire lié à MINES Paris Tech et au réseau des Ecoles des Mines. Au nombre des partenaires associés, on compte notamment les promoteurs immobiliers Bouygues Immobilier et BPD Marignan, les bailleurs sociaux Paris et I3F, mais aussi Autolib, l’Agence Parisienne du Climat ou encore Enedis.

Un smart grid pour un éco-quartier novateur

CoRDEES s’inscrit dans un projet plus vaste, celui de l’éco-quartier de Clichy-Batignolles : situé dans le Nord-Ouest parisien sur une ancienne friche ferroviaire, cet ambitieux projet urbain, le plus important de la mandature d’Anne Hidalgo, devrait être achevé en 2020.

Il vise une excellence dans les domaines de l’énergie et de l’écologie, via la construction de bâtiments au rendement énergétique optimal (consommation de chauffage inférieure à 15 kWh/m2/an), la réutilisation des eaux pluviales, la géothermie profonde pour le chauffage et l’eau chaude sanitaire, et l’installation de pas moins de 40 000 m2 de toitures photovoltaïques, pour produire environ 4 500 Mwh/an.

L’ensemble du projet couvrira 54 hectares, dont 10 hectares de parc, pour 3 400 logements, 140 000 m2 de bureaux, 120 000 m² de locaux administratifs (palais de justice et direction régionale de la police judiciaire), 38 000 m² d’équipements publics et 31 000 m² dédiés aux commerces, à la culture et aux loisirs.

Piloter en temps réel la production et la consommation énergétique du quartier

C’est parce que ce projet veut atteindre un bilan carbone neutre et parce qu’il produit et consomme de l’électricité qu’il a besoin d’un smart grid, qui lui permettra d’optimiser l’utilisation de l’énergie en fonction de sa production.

CoRDEES est une plateforme de pilotage en temps réel de la production et de la consommation énergétique de l’ensemble du quartier. Elle sera accessible à l’ensemble des usagers locaux, propriétaires, locataires, gestionnaires de biens, concessionnaires réseaux, collectivité, aménageur, etc.

L’ambition de ce smart grid est triple. Il s’agit de :

      mettre en place une nouvelle forme de gouvernance énergétique, collective, où tous les utilisateurs sont parties prenantes des objectifs et de leur réalisation ;

      offrir une plateforme de gestion, qui permettra de suivre en temps réel production, consommation et performance énergétique, en informer les gestionnaires et usagers pour les aider à définir cette gouvernance et à ajuster au mieux les équipements ;

      proposer une offre de services urbains énergétiques et environnementaux, visant tous les acteurs (exploitants, habitants, salariés, scolaires…)

Un « facilitateur énergétique »

Ce dispositif a été baptisé le « facilitateur énergétique » : il vise en effet à responsabiliser tous les acteurs, à leur proposer des stratégies de consommation / production plus économiques et mieux adaptées à leur usage, à mettre à leur disposition des services attractifs – pour créer une dynamique globale aidant à la réalisation des objectifs du quartier en termes de consommation énergétique, d’émission de CO2 et de production photovoltaïque et géothermique.

Le projet CoRDEES servira également de laboratoire grandeur nature pour ce mode de gouvernance et ce modèle économique du « facilitateur énergétique ». En cas de réussite, il pourra se développer dans d’autres quartiers, et, pourquoi pas, à l’échelle d’une ville, d’une région – et, à terme, d’un pays.