Pour réussir sa transition énergétique, la Finlande s’est positionnée très tôt sur les technologies numériques : ayant rapidement achevé son déploiement de compteurs communicants, le pays profite déjà de nombreuses solutions smart grids. Voyage au nord, là où le réseau électrique a basculé vers le futur.

La Finlande s’est lancée dès la fin des années 2000 dans une modernisation de son réseau électrique, afin d’améliorer son efficacité énergétique et intégrer une part croissante d’énergies renouvelables intermittentes dans son mix électrique.

Un déploiement des compteurs communicants achevé

Les autorités, les opérateurs de réseau électrique et les fournisseurs de compteurs et d’appareil ont uni leurs forces pour proposer un vaste plan, s’appuyant sur les technologies smart grids. Dès 2009, le pays s’est lancé dans un déploiement à grande échelle de compteurs intelligents : après la Suède et l’Italie, il a été le troisième pays de l’Union Européenne à être intégralement équipé, dès 2014.

La Finlande a ainsi pu développer de nombreux outils d’optimisation de la consommation électrique des particuliers et professionnels, notamment la facture en temps réel et des procédures d’accompagnement personnalisés en vue de réduire sa facture électrique.

En disposant d’informations plus précises et en temps réel sur la consommation de ses clients, la Finlande a pu également optimiser sa courbe de charge, en proposant des décalages de consommation, ou en adaptant la production de ses centrales à combustible à la demande.

De très nombreuses solutions smart grids, opérationnelles ou expérimentales

Parallèlement, le pays a mis en place le contrôle et la surveillance à distance du réseau électrique, en dotant l’ensemble des équipements de capteurs, permettant de basculer vers une maintenance prédictive. Le réseau électrique finlandais a ainsi limité les pannes, sécurisé l’approvisionnement et fait baisser les coûts de maintenance.

La Finlande expérimente d’ailleurs à échelle réelle de nombreuses solutions smart grids qui feront l’électricité de demain – l’autoconsommation photovoltaïque, le stockage par les clients, les véhicules électriques et leur intégration au réseau, le pilotage de la consommation par les opérateurs réseau.

Un vaste projet d’autonomie renouvelable en zone insulaire

Parmi ces expérimentations, l’une des plus importantes est le projet Åland FLEXe-demo, qui vise à rendre les 6 500 îles et les 30 000 habitants de l’archipel d’Åland autonomes en électricité renouvelable.

L’archipel est en train de se couvrir d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques, qui constitueront l’essentiel de sa production électrique. L’approvisionnement sera sécurisé par des centrales thermiques pré-existantes utilisant la biomasse, notamment la biomasse-bois, ainsi que par une unité de stockage.

Un smart grid pour piloter l’ensemble du projet

Cette dernière répondra à deux demandes fondamentales du projet : stabiliser le réseau à court terme, assurer un stockage saisonnier à long terme. « L’optimisation du stockage d’énergie à différentes échelles de temps et en particulier le stockage saisonnier pour compenser les variations été-hiver en Finlande est extrêmement exigeante. C’est également le sous-système essentiel pour assurer la stabilité, la sécurité et la viabilité économique du système d’énergie entièrement renouvelable conçu pour les îles d’Åland »a ainsi déclaré Tommy Jacobson, PDG de CLIC Innovation et responsable du projet Åland FLEXe-demo.

L’archipel va progressivement convertir l’ensemble du réseau de transport, public et privé, au tout électrique. Tous ces éléments seront connectés par un smart grid, qui aura pour objectif d’offrir une flexibilité maximale à ce micro-grid en zone insulaire, afin d’assurer un approvisionnement continu et régulier à l’ensemble des habitants.

Se maintenir à la pointe des technologies smart grids

Cet exemple prouve la volonté finlandaise de se maintenir à la pointe des avancées qu’offrent les smart grids. Le pays a d’ailleurs été l’un des premiers au monde à démarrer l’installation de compteurs intelligents de seconde génération.

En comparant les avancées en termes de législation, de réalisations et de volonté politique, la Finlande a même été classée numéro un européen pour sa dynamique vers les compteurs communicants et les smart grids, parmi un peloton de tête où figurent également l’Italie, l’Espagne, Malte, les Pays-Bas et la France.