En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK ou Refuser

François Sonnet : « Le SolarCoin est un incitant pour l’énergie solaire »

Énergies renouvelables Publié le

SolarCoin : objectif 97 500 TWh d’électricité solaire sur 40 ans

Le SolarCoin est une crypto-monnaie créée début 2014 par la Fondation SolarCoin : s’appuyant, comme le bitcoin, sur la technologie blockchain, le SolarCoin vise à favoriser le développement de l’énergie solaire photovoltaïque. La Fondation offre un SolarCoin par MWh photovoltaïque produit à tout producteur faisant partie du réseau.

La Fondation SolarCoin est un réseau mondial dont le but est de valoriser et d’encourager la production d’énergie solaire photovoltaïque. Dans ce but, elle a créé en 2014 le SolarCoin, une crypto-monnaie sur le principe du bitcoin, qui utilise la même technologie, mais dont l’objectif est de récompenser les producteurs d’énergie photovoltaïque. Le symbole monétaire du SolarCoin est « § », son sigle SLR.

Le principe est d’octroyer un SolarCoin par MWh produit à tout propriétaire d’une installation photovoltaïque qui rejoint le réseau. A la création de la monnaie, une réserve de 97,5 milliards de SolarCoins a été constituée, représentant 97 500 TWh de production solaire, qui seront octroyés sur une durée de 40 ans.

La technologie blockchain comme support

Comme le bitcoin, le SolarCoin s’appuie sur la technologie blockchain, une base de données partagée et réputée inviolable, décentralisée et accessible à tous les participants du réseau. Comme expliqué sur le site de la Fondation, « une blockchain est une base de données ouverte pour une utilisation spécifique où (tous les participants possèdent) une copie complète de celle-ci localement. Il n’y a aucun “maître” de cette blockchain et aucune autorité centrale pour une blockchain ouverte comme celle du SolarCoin ».

En pratique, cela signifie que toutes les transactions effectuées avec des SolarCoins seront renseignées dans cette base de données, à laquelle tous les membres du réseau, particuliers ou industriels, ont accès.

Intérêt écologique

Pour pouvoir prétendre à des SolarCoins, il faut, on l’a dit, produire de l’électricité solaire photovoltaïque, et être en mesure de le prouver. La Fondation vérifie que le dossier est valide et que l’énergie a bien été produite, puis elle transmet les SolarCoins au producteur, qui les collecte dans un portefeuille dédié – toutes ces opérations demeurent inscrites et visibles dans la blockchain.

Chaque SolarCoin est donc la preuve qu’un MWh d’énergie solaire a été produit, et c’est ce qui fonde sa valeur en tant que monnaie. Ces jetons seront par la suite échangés sur une place de marché sans intermédiaire, où seule la loi de l’offre et de la demande fixera les prix de l’énergie.

Après trois ans d’utilisation, la crypto-monnaie a été octroyée dans 29 pays à travers le monde, pour plus de 34 millions de SolarCoins en circulation actuellement. Convertible, la monnaie peut également être utilisée telle quelle sur certains sites Internet.

Pour Nick Gogerty, porte-parole de la Fondation, « la finalité est bien entendu de servir d’incitation écologique en encourageant l’installation de panneaux solaires chez les entreprises et les citoyens ».