Le réseau intelligent Flexgrid, en Provence-Alpes-Côte d’Azur, poursuit le déploiement de ses projets : de nombreuses expérimentations à grande échelle de solutions smart grid devraient démarrer. Présentation de quelques-unes d’entre elles.

Situé sur l’ensemble dans la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur, dans une grande variétés de territoires, le projet Flexgrid est, avec SMILE et YOU&GRID, un des trois Réseau Électrique Intelligent (REI) mis en place par le gouvernement pour démarrer l’industrialisation de solutions smart grids.

Flexgrid compte quarante projets différents, couvrant l’ensemble des problématiques des réseaux électriques de demain, avec une prédilection pour la flexibilité. Certains étaient actifs avant leur intégration dans Flexgrid, certains ont été lancé dans le courant de l’année 2017, mais l’année 2018 sera particulièrement dense, avec de nombreux démarrages de projets phares du REI.

Quatre projets ont pour ambition d’allier autoconsommation, stockage et pilotage. Situés dans des environnements spécifiques, et déployant une production d’énergies renouvelables en autoconsommation, associée à des solutions de stockage et de pilotage de la production et de la consommation.

Flexgrid : du ski aux serres intelligentes

Une station de ski, Serre Chevalier s’est donnée pour objectif d’associer l’or blanc que représente l’industrie des sports d’hiver à l’or vert.  Le projet Serre Chevalier Renouvelable met en place dans un domaine skiable en utilisant un mix de photovoltaïque, d’éolien et d’hydro-électricité, ainsi que du stockage grâce à des Stations de Transfert d’Energie par Pompage (STEP) dans les retenues collinaires autour de la station.

Smart Agricultural Greenhouse, qui constitue un autre des projets Flexgrid, propose sur 5 hectars d’équiper des serres intelligentes d’un dispositif d’autoconsommation d’EnR thermiques et électriques, combinant 8 MWth de biomasse et 1MWelec de photovoltaïque.

Et même dans le secteur industriel, léger ou lourd

Les deux derniers projets Flexgrid explorent le monde industriel : Smart Industrie Aromatique soutient une petite unité de production d’extraits naturels pour la parfumerie, avec 100 kW de panneaux photovoltaïques sur le toit, suffisant pour assurer l’autoconsommation de l’usine, associés à un système de gestion énergétique.

Au sein d’une usine sidérurgique, Flex’entreprise Sidérurgie, de son côté, aura la lourde tâche de tester des solutions d’autoconsommation renouvelable, d’effacement et d’optimisation énergie / puissance, associées à une unité de stockage dans une industrie particulièrement gourmande en électricité.

Développer les infrastructures de recharge pour véhicules électriques

Du côté de l’électro-mobilité, deux projets jumeaux seront au cœur des préoccupations de FLEXGRID en 2018. Smart IRVE 83 et Smart IRVE 84 vont créer une infrastructure de recharge pour véhicules électriques dans les départements du Var et du Vaucluse, avec respectivement 120 et entre 80 et 90 bornes de recharge accélérées (22 kVA par borne, 2 points de recharge par borne) raccordées au réseau ENEDIS, associées à un logiciel de pilotage.

L’ensemble des bornes de Smart IRVE 83 seront mises en service en 2018, le déploiement de celles de Smart IRVE 84 commencera en septembre-octobre 2018.

Développer un réseau d’électricité et de chaleur s’appuyant sur des renouvelables

En 2018, le projet Flexgrid prend un nouveau tournant avec deux projets qui vont démarrer en 2018. L’objectif est d’adapter les énergies renouvelables à la finalité de l’utilisation. Ainsi, un réseau d’électricité et de chaleur combinant énergie solaire et géothermie proposera de fournir l’électricité, froid, chaud et eau chaude sanitaire, le tout d’origine renouvelable. Autre angle d’attaque : mettre sur place un réseau d’électricité et de chaleur, combinant énergie solaire et géothermie, proposant de fournir électricité, froid, chaud et eau chaude sanitaire, tous d’origine renouvelable.

La Villette ECS prévoit la construction d’un éco-quartier, qui commencera en 2018 pour s’achever en 2021. D’une superficie de 39400 m2, le projet intègre un réseau d’électricité et de chaleur mais également, un pilotage énergétique des consommations et des productions fournit par Flexgrid, visant la sobriété énergétique, la flexibilité et la réduction des coûts – tout en expérimentant de nouveaux types de contrats et de tarifs.

Un autre projet, le projet Pôle Y. Morandat va réhabiliter un ancien site minier. Flexgrid y proposera un mix de géothermie puisée au fond du puits le plus profond d’Europe, de solaire photovoltaïque et de solaire thermique, le tout associé à des solutions de stockage de la chaleur et de l’électricité, permettant de mieux synchroniser consommation et production.

Mixer éolien, photovoltaïque et batterie lithium-ion

Dernier projet, qui intéressera particulièrement les gestionnaires réseau : Aloe va associer un parc éolien et deux parcs photovoltaïques de grandes puissances à une unité de stockage utilisant des batteries lithium-ion, tous construits durant l’année 2018.

Ce projet sera centré sur la valorisation économique des productions d’EnR intermittentes et l’augmentation de leur taux d’insertion sur le réseau. La ligne directrice des expérimentations sera les bénéfices offerts aux gestionnaires réseau et aux responsables d’équilibre.

Le changement d’échelle des REI est bien en cours, puisque la plupart de ces projets cumulent plusieurs technologies smart grid. Ils disposent tous d’outils de planification dédiés. Ils correspondent à des cas concrets de l’énergie et de l’électricité de demain, avec notamment une forte part d’énergies renouvelables et un pilotage intelligent de la consommation pour l’adapter à la production.