En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK ou Refuser

Faciliter les investissements des entreprises privées européennes dans l’énergie

L’interview de M. Edmond Alphandéry, Ministre de l’Économie (1993-1995), Administrateur du think tank Les Amis de l’Europe, Ancien Président du Centre for European Policy Studies

Gouvernance & société Publié le

© Edmond Alphandery - Reseau Durable

Retranscription

L’Union européenne a pris beaucoup d’initiatives dans le bon sens notamment avec le Plan Juncker. Ce qui faut savoir c’est que l’investissement et notamment l’investissement productif est la grande affaire de l’Europe.

Aujourd’hui l’Union européenne a une croissance qui est parmi les plus faibles du monde. Elle a repris mais elle est trop faible, ce qui fait qu’aujourd’hui nous avons beaucoup d’épargne en Europe, nous n’avons pas suffisamment d’investissement notamment des investissements productifs. Nous avons d’ailleurs un surplus dans nos balances des paiements globalement très important, plus important en pourcentage que la Chine.

Ce qui est très très important, c’est de créer les conditions pour que les entreprises elles-mêmes investissent plus, toutes les entreprises, entreprises publiques, entreprises privées. Évidemment si on encourage les investissements publics qui vont dans la bonne direction c’est à dire qui crée des infrastructures utiles et productives, cela va très bien.

Mais ce qui est très important c’est de faciliter le financement des investissements privés dans l’énergie comme dans les autres secteurs. C’est ce qu’est, par exemple, le Plan Juncker en grande partie. Je pense qu’il peut faire encore plus et c’est très regrettable qu’il n’y ait pas une plus forte stimulation de la demande et naturellement le meilleur moyen pour stimuler la demande de manière efficace pour l’emploi c’est l’investissement et notamment l’investissement productif.

Pour cela je crois qu’il y a une règle de base c’est que certains investissements sont freinés dans leur financement parce que le risque est trop important et donc tout ce qui permet de réduire le risque en faisant prendre une partie, la partie la plus significative, à l’Union européenne va tout à fait dans la bonne direction, c’est l’esprit d’ailleurs du Plan Juncker.   

Edmond Alphandéry, Ministre de l’Économie (1993-1995), Administrateur du think tank Les Amis de l’Europe, Ancien Président du Centre for European Policy Studies

Précédent

Les leviers de l'autoconsommation : pédagogie, cadre réglementaire et financement

Interview de Rémi Cazamajour, Groupe Inélia