Retranscription

Est-ce que la ratification des accords de Paris est importante, oui mais pour des raisons finalement assez symboliques plus que juridiques. À partir du moment où les engagements ont été pris publiquement, on est dans un monde beaucoup plus transparent, chacun sera capable de mesurer si oui ou non si la Chine, l’Inde ou l’Europe a rempli ses devoirs. Et donc l’importance du rôle de la société dans cet accord et beaucoup plus grande qu’avant.

C’est plus seulement qu’une affaire de diplomates, c’est une affaire de société civile et d’entreprises.

Si on comparait l’Accord de Paris à l’Accord de Kyoto, l’Accord de Kyoto c’était un accord entre technos et diplomates, l’Accord de Paris c’est un accord dans lequel il y a des États, si vous êtes allés à la COP pendant la conférence, il y avait aussi des cités, des villes, il y avait le bâtiment des entreprises, le bâtiment de la société civile, il y avait marqué Japon, WWF, Shell, Engie.

On est sur un modèle qui est tout à fait différent et je pense que ça ne peut marcher que si des coalitions beaucoup plus vastes qu’une interaction entre diplomates de qualité peut produire. On sait bien que si on ne fait confiance qu’aux mécanismes du monde diplomatique dans le monde d’aujourd’hui, on ne va pas très loin. Je ne dis pas que la ratification n’est pas importante mais à partir du moment où dans 5 ou 10 ans on pourra contrôler par satellite les émissions d’un carré chinois de 100km2, la ratification a moins d’importance.

Est-ce que l’Europe est un leader? Elle l’a été depuis 30 ans, je l’ai souvent dit et répété que pour le reste du monde, le drapeau européen est vert. L’Europe a porté cette dimension écologique et notamment sur le changement climatique. Si elle veut rester leader y compris sur le plan économique et technologique, il faut qu’elle se bouge.

Il faut que les européens ensemble fassent davantage dans la direction d’une idée qui est celle de l’Europe de l’énergie et en intégrant une impulsion d’innovation qui pour l’instant traine un peu même si, quand on regarde les chiffres à la date d’aujourd’hui, c’est pas si mal.