En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies permettant la mesure d'audience. OK ou Refuser

Philippe Rambal : « Les Smart Cities mettent les données numériques au service des citoyens »

Villes & territoires intelligents Publié le

Smart Cities : qu’en attendent les citoyens et les collectivités?

La Smart City, ou ville intelligente, est l’un des enjeux centraux des années à venir en matière de développement durable et d’efficacité économique. Réalisée par le cabinet d’audit et de conseil EY, une étude sur les villes et territoires intelligents en France révèle les attentes des citoyens et des collectivités en la matière.

Comment rendre une ville intelligente ? Par l’utilisation d’outils et de technologies numériques, d’objets connectés les uns aux autres. L’idée : développer une approche globale des enjeux urbains, qu’ils concernent l’environnement, les transports, l’énergie ou encore l’urbanisme.

Le transfert de données et d’informations est au cœur de ce dispositif, qui a pour but d’adapter la ville à l’activité et à la vie de ses citoyens. Les Smart Cities s’appuient sur un traitement de données le plus transparent et participatif possible, incluant si possible l’ensemble des citoyens. Ainsi, la technologie et les outils numériques sont mis au service du bien-être des habitants, dans une optique de réduction de la consommation énergétique, de recours accru aux énergies renouvelables, mais aussi de fluidification des transports et des services publics. En un mot : d’amélioration de la qualité de vie de chacun.

Une enquête auprès des collectivités et des citoyens

L’étude de EY s’article autour de deux points de vue et de cinq thématiques. Les points de vue sont ceux des collectivités (enquête auprès de 15 collectivités de plus de 50 000 habitants) et des citoyens (enquête d’opinion auprès d’un échantillon de 1 035 personnes). Les thématiques sont l’énergie et le développement durable, les e-services et les e-administrations, les transports, la cybersécurité et enfin le développement économique.

L’étude sur les smart cities d’EY met en lumière les différences de perception des citoyens en ce qui concerne l’engagement de leur territoire.

Le développement durable et les services administratifs comme priorités

Concernant l’énergie et le développement durable, collectivités et citoyens sont d’accord : c’est l’un des enjeux prioritaires du développement urbain, et de l’utilisation des outils numériques dans ce cadre. En effet, une ville intelligente et connectée permet une meilleure intégration des énergies renouvelables intermittentes (éolien et solaire photovoltaïque) dans le mix énergétique, une utilisation accrue des véhicules électriques, une réduction de la consommation d’énergie par un meilleur ciblage des besoins, une meilleure réutilisation des eaux pluviales, etc.

De plus, les outils numériques de mesure de qualité de l’air ou de pollution génèrent des données précises qui permettent des actions ciblées pour faire face en temps réel à ces problèmes. Les collectivités citent ces thématiques parmi leurs priorités, tandis que 46% des citoyens interrogés souhaitent que les services numériques soient, en priorité, mis au service de la protection de l’environnement.

Ils sont la même proportion (46%) à estimer que le développement des services administratifs est prioritaire : les collectivités peuvent en effet utiliser les outils numériques pour simplifier cet aspect de la vie des citoyens.

Transports et emploi : les collectivités y croient, les citoyens moins

Concernant les transports, seuls 34% des citoyens estiment que les services numériques liés à la mobilité sont prioritaires, quand les collectivités y voient un enjeu d’importance : bien pensés, ils peuvent permettre de simplifier la vie des citoyens et de favoriser leur mobilité, de décongestionner la ville, de diminuer l’empreinte écologique des déplacements, de redynamiser les quartiers et de réduire les coûts des transports.

Environ un quart des citoyens (26%) estiment que le développement d’outils numériques représente un risque pour la sécurité des données et la protection de la vie privée, quand un tiers des collectivités pensent que le risque de cyberattaque est sous-estimé.

Mais c’est dans le domaine de l’attractivité économique que se situe le grand écart : pour la majorité des collectivités interrogées, le premier bénéfice d’une Smart City est justement l’entreprenariat et la création d’emplois, mais seuls 12% des citoyens en sont convaincus. L’étude d’EY estime à raison que c’est sur ce point que les efforts de communication doivent porter, pour convaincre la population que le développement d’outils numériques dans le cadre d’une ville intelligente est vecteur d’emploi et d’activité.

Source : http://www.ey.com/fr/fr/newsroom/news-releases/ey-communique-de-presse-de-la-ville-au-territoire-intelligent-la-donnee-au-coeur-de-la-transformation