Retranscription

C’est le vote le plus large qu’on ait jamais eu au Parlement européen. Tous les députés ou presque ont voté pour dire: le changement climatique c’est vachement important, il faut l’accélérer. On a enclenché une transition énergétique au niveau européen qui n’existe nulle part ailleurs.

Et donc en fait, il y a trois réponses: efficacité énergétique donc il faut être drôlement plus efficace, surtout les appareils qui consomment de l’électricité, et des chauffages des maisons, les voitures…

La deuxième chose c’est d’accélérer les énergies renouvelables, le solaire, l’éolien sur  terre, l’éolien en mer, le biogaz, la biomasse.

Et puis, troisièmement, très important, ce sont les réseaux intelligents. Parce qu’on sera dans un nouveau monde, où en fait, l’énergie et le transport avec l’électromobilité, ça va aller ensemble, c’est vrai, et puis il y aura le digital. Et donc tout ça, efficacité énergétique, énergies renouvelables, réseaux intelligents, c’est ça l’avenir du monde de l’énergie.

Donc quel est notre enjeu maintenant? C’est que les dirigeants chinois, eux, ils ont vu que l’Europe faisait du solaire, les dirigeants chinois ont vu que l’Europe fait de l’éolien, les dirigeants chinois rachètent les entreprises européennes pour avoir de l’accès au savoir européen sur les réseaux intelligents.

Donc maintenant, avec l’Accord de Paris, c’est quoi l’Accord de Paris? C’est que la transition énergétique enclenchée en Europe par les directives européennes en 2008 renforcées par des lois nationales comme la loi de la transition énergétique de Mme Royal en France, maintenant, elle va être globalisée et pour nos industriels qui s’appellent Vestas ou Schneider, en fait c’est bon.