Le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a publié son 10ème rapport annuel sur les « Tendances mondiales des investissements dans les énergies renouvelables ».

Le rapport fait état de conclusions prometteuses pour la filière des énergies renouvelables, qui poursuivent leur participation croissante dans la capacité électrique mondiale au détriment des projets de production d’électricité émanant du charbon et du gaz. Les énergies vertes ont en effet récolté 286 milliards de dollars en 2015, un record mondial.

L’Europe détrônée par les pays émergents

Selon le rapport, l’Europe, qui figurait comme leader mondial en matière de révolution énergétique, a été détrônée par l’intérêt croissant des investisseurs pour les projets d’énergies renouvelables en Chine, en Inde ou encore en Afrique du Sud. La Chine a connu une hausse des investissements de 17% avec 102,9 milliards de dollars alors que l’Afrique du Sud affiche une hausse de 329 % avec 4,5 milliards de dollars investis par rapport à 2014. En Inde, la filière a encaissé 10,2 milliards de dollars, soit une hausse de 22 %. Les investissements dans les pays émergents ont atteint 156 milliards de dollars, soit une hausse de 19% par rapport à 2014, alors qu’ils ont chuté de 21 % en Europe, avec 48,8 milliards de dollars en 2015. Selon Angus McCrone, auteur principal et rédacteur en chef du rapport, la chute des investissements dans les énergies renouvelables en Europe n’est pas prête de s’arrêter. Il souligne que malgré les investissements records dans l’éolien au Royaume-Uni par exemple, les lois encadrant les projets restent insuffisamment fiables et rassurantes pour attirer les investisseurs.

Croissance et décroissance des investissements en Europe

Sur les dernières années, l’Europe a connu plusieurs cycles de croissance et de décroissance dans le domaine des énergies renouvelables. Le rapport souligne notamment le coup de frein porté aux projets photovoltaïques en Italie et en Allemagne en 2011 et l’incertitude créée par le changement législatif rétroactif concernant les subventions en Espagne, en Roumanie et dans divers autres pays. Les investissements colossaux dans l’éolien britannique avec des engagements de 10,5 milliards n’ont pas suffi à contrebalancer l’effondrement global des investissements. Contrairement à l’Europe, en 2015 les États-Unis ont connu une hausse des investissements de 19 % par rapport à 2014, soutenue par la course de porteurs de projets souhaitant bénéficier pour la dernière année des avantages fiscaux relatifs aux projets d’énergies renouvelables. La hausse devrait se poursuivre car les États-Unis vont continuer à soutenir la révolution énergétique avec l’extension des crédits d’impôts pour l’éolien et le solaire.

Les conclusions du rapport, démontrent que les banques et investisseurs sont de plus en plus sensibles au risque que représente le changement climatique, ce qui se traduit par une véritable inflexion des investissements dans les énergies renouvelables à l’échelle internationale. Cependant, il convient de noter que dans le même temps, les émissions de gaz à effet de serre continuent d’augmenter malgré les engagements pris lors de la COP21, à Paris, en novembre dernier.

La hausse des investissements mondiaux permettra d’accroître la rentabilité des énergies renouvelables, de faire émerger des innovations en matière de stockage et d’industrialiser des solutions smart grids : autant de solutions pour engager l’économie mondiale vers une économie bas-carbone.

Sources : Rapport Global Trends in renewable energy 2016